Retour d’expérience d’un ex obèse qui s’est mis à courir

Oui alors bon, un titre comme ça risque de cartonner en terme de SEO, surtout auprès des fans de Burgers, de pizzas, de bières et de bonbecs qui cherchent un moyen de se donner bonne conscience – auprès de gens comme moi, quoi.

En mai 2016, le jour de mon anniversaire, je pesais 117kg.

Pour 1.85m.

Soit environ 32 kilos de trop. Le fruit d’un embourbonnement personnel et professionnel, où tu bosses h24 sur un projet-poison-tunnel qui te flingue l’existence, dans une vie où tu ne vois pas trop de sens à ce que tu fais au quotidien.

En mode Bear Grylls.

Des amis qui vous veulent du bien

Quand vous dites autour de vous que vous vous trouvez trop gros, votre entourage vous dit « naaaaaan t’es très bien comme ça », « je me sens en sécurité avec toi », « reprend un peu de charcuterie avec ton fromage à raclette ».

Ces gens vous mentent.

Pas forcément volontairement hein, en fait la plupart du temps ils pensent vraiment ce qu’ils disent. Ce sont des gens qui vous veulent trop de bien psychologiquement parlant. Elles sont convaincues qu’il vaut mieux vous mentir (même involontairement) plutôt que de vous dire « c’est clair que t’es un gros tas en ce moment », « je me tape la honte quand on sort en ville, tu veux pas te mettre un sac poubelle sur ta tête ? », « prend de la salade au lieu des pâtes au surimi »

Je tire un peu le trait mais avec du recul, c’est vraiment comme ça que j’ai pu le ressentir.

Aujourd’hui je fais 86kg, je met du L (au lieu du XXL, et le L c’est parfois un peu large), je respire mieux, je dors relativement mieux et j’ai amélioré mes performances sexuelles grâce à une astuce que tous les sexologues vont détester… HO WAIT ! Il faut que j’arrête Facebook.

31 kilos, en 6 mois. C’est pas du pipeau.

J’ai des photos.

Mais vous pouvez courir pour que je les poste ici.

Je pourrais mentir en disant que c’était facile et qu’il a juste été nécessaire de m’endormir 6 mois en me collant une perfusion, mais en fait, c’était pas si compliqué, ça a commencé par un truc que j’ai commencé en 2015 et que j’ai repris avec assiduité en 2016 : essayer (j’insiste, essayer) de courir sans passer pour un con devant les écureuils dans les sentiers boisés de mon bled paumé.

Couch to 5km

Pour faire  bouger un gus de 117kg accro au boulot, aux jeux videos et à la matière grasse, il faut y aller molo. Le programme C25K, c’est essayer de courir 5km sans s’arrêter en environ 30min.

Ca a l’air simple comme ça – du moins ça l’est pour moi aujourd’hui et ça l’est pour la plupart des gens, mais quand on commence à vouloir courir en étant en très net surpoids, c’est la mission.

C25K donc, c’est progressivement se mettre en condition de courir une distance de plus en plus longue sans s’arrêter en passant par des étapes qui consistent, par exemple :

– à marcher 1 minute rapidement

– puis à courir 30 secondes

Tout ça à plusieurs reprises.

C’est un peu comme des exercices fractionnés pour (très grands) débutant. On court finalement assez peu, on marche vite et beaucoup, on prend le temps de préparer son corps à beaucoup de brutalité qui viendra par la suite (courir est un des sport le plus brutal pour le corps). Les exercices évoluent petit à petit (on passe de 30 secondes de courses à 1 minutes, puis 90 secondes, 3 minutes..), en douceur, en montant les paliers en fonctions de son propre ressenti.

Progressivement on court plus souvent que l’on marche, et au bout de quelques temps, on se rend compte qu’on est capable de sortir du programme pour courir ces foutus 5km sans avoir une voix synthétique qui vous demande de marcher, courir, faire le beau, donner la papatte… et quand ca vous arrive, vous êtes comme Leonardo Di Caprio sur le Titanic. Enfin, pas quand il fini en glaçon, mais plutôt quand il se met à gueuler qu’il est le roi du monde.

A ce moment précis, vous avez déjà perdu au moins 10kg, sachant qu’après avoir perdu vos premiers 5kg, vous avez été tellement motivé que vous avez remplacé les chips par des carottes râpées, le BigMac par une salade en plastique, les bonbons par des fruits, la bière par le whisky (faut pas déconner non plus hein).

S’équiper pour débuter

Quand je commence quelque chose de nouveau, j’y vais rarement doucement. J’ai tendance à acheter plein de trucs et à craquer un PEL sans trop savoir si c’est une bonne idée. Si j’ai un conseil à donner pour l’équipement du débutant, c’est de ne pas acheter une paire de pompes à 200€ dès le départ. Vous allez courir très peu au début, et même s’il est important d’être bien dans ses pompes pour commencer, une paire de chaussures à 30€, une bonne paire de chaussettes, un tee-shirt technique et éventuellement un cuissard d’entrée de gamme de chez Decathlon feront très bien l’affaire.

Votre smartphone pour la musique, accompagné d’une application comme Runtastic ou une application spécifique pour le programme C25K, et vous êtes parés.

Doucement

Moi, quand un truc me plait, je ne sais pas me contrôler. Du coup j’ai eu tendance à sortir tous les jours pour courir, même quand je ressentais des douleurs aux jambes et aux genoux. On m’a conseillé de réduire le nombre de sorties à 3 ou 4 par semaine, car le corps a besoin de repos.

Et effectivement, ca marche beaucoup mieux comme ça, mais ce n’est pas le seul point auquel vous devriez être attentifs. La règle absolue que j’ai été le premier à enfreindre pendant pas mal de temps, c’est de ne pas courir trop vite. Une application comme Runtastic ou Runkeeper vous permettent d’avoir une estimation de votre allure.

Tout dépend essentiellement de vous, mais essayer de faire moins de 10km en 1 heure quand on débute, c’est de la folie et ça pourrait vous amener à abandonner (c’est comme ça que j’ai abandonné en 2015). Essayez plutôt de faire 7 ou 8km en une heure, vous ne passerez pas pour une bête de course mais au moins, vous tiendrez vos objectifs.

Ne me croyez pas sur parole

Voilà quelques conseils d’un débutant confirmé, je suis encore loin d’être capable de me taper un marathon (et ce n’est pas mon objectif à court terme de toutes façons), et des experts du running sauront vous conseiller bien mieux que moi.

Ce qu’il me semble important à retenir, c’est que même si vous êtes largement au dessus de votre indice de masse corporelle, rien n’est joué, en faisant un petit effort on prend après beaucoup de plaisir à se voir dans le miroir et, surtout, on prend beaucoup de plaisir à aller courir, même quand il pleut, quand il neige ou quand vous êtes pourchassés par une horde de zombies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *